• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Coupe du Monde II : Une bonne entame pour les Bleus
Coupe du Monde II : Une bonne entame pour les Bleus

L'équipe de France est de retour sur le Rotsee pour la deuxième manche de coupe du monde, avec sept bateaux en lice. La compétition a bien démarré pour les Bleus qui affichent déjà de belles performances pour la suite des opérations.

Le "lac des dieux" à Lucerne reste le bassin international de référence pour l'aviron mondial, même si en ce milieu de printemps, il ne se montre pas sous son meilleur jour. La pluie s'est invitée en Suisse depuis le week-end dernier et la régate de qualification olympique, et semble vouloir y rester. Mais les nombreuses nations présentes ont toutes le même but : continuer à prendre des repères à deux mois des Jeux de Tokyo et offrir de nouvelles opportunités de régates à ceux qui ne se rendront pas au Japon.

 

Les premiers tricolores à s'élancer sur le Rotsee étaient Thibaud et Guillaume Turlan. Ils se sont emparés de la tête de la course dès le départ et ne l'ont plus lâchée, devant les Britanniques et les Sud-Africains avec lesquels ils ont toujours conservé une bonne avance. Ils ont donc logiquement remporté leur ticket pour la finale A de dimanche.
Dans la série suivante, Valentin et Théophile Onfroy n'ont pas connu le même parcours, avec une paire serbe dominatrice de bout en bout qui a remporté le seul ticket pour la finale. Les Verdunois ont franchi la ligne d'arrivée en quatrième position et s'aligneront au départ des repêchages demain vers 11 h.

Le duel pour la tête de course fut franco-irlandais dans la série du deux de couple masculin pour Hugo Boucheron et Matthieu Androdias. Le duo tricolore a mené les débats sur les 500 premiers mètres de course, avant de céder le leadership à leurs adversaires de l'Île Emeraude. Au bout du Rotsee les Bleus terminent à la deuxième place, synonyme de qualification pour la demi-finale demain en fin de matinée.

On passe chez les poids légers avec, en skiff féminin, avec Susannah Duncan qui réalisait à Lucerne son baptême en équipe de France. La lutte fut serrée en tête de la course avec les skiffeuse chinoise, suisse, mais surtout la Britannique qui a entamé une belle remontée dans les derniers 500 mètres. La rameuse tricolore est toutefois parvenue à résister à ses attaques et a terminé en troisième position, empochant son ticket pour la demi-finale demain en milieu de matinée.

Dans la même catégorie chez les hommes, c'est Pierre Houin qui a ouvert les hostilités en skiff poids léger. Son homologue italien lui a donné du fil à retordre dans le troisième 500, mais il en fallait plus pour déstabiliser le Français qui a remporté la série et son ticket pour la demi-finale. " Ce n'est pas trop mal pour une entame, explique-t-il, je suis encore en prise de repères et ce n'est pas évident avec la ligne d’eau 1 à Lucerne parce que ça brasse pas mal avec les quatre sans barreur à l’échauffement. Malgré tout je reste sur les consignes, il faut ajouter un peu d’investissement pour aller encore plus vite maintenant !"
Dans la série suivante, Ferdinand Ludwig s'est emparé de la deuxième place, elle aussi qualificative pour la demi-finale, derrière le skiffeur italien. "L'objectif était de ne pas se faire décaler au départ et de travailler au coup par coup sans trop se focaliser sur le résultat, mais sur la manière de faire, ce qui a plutôt bien marché".

Dernière course de la matinée pour les Bleus, celle du deux de couple poids léger féminin. Laura Tarantola et Claire Bové ont affronté les Britanniques et les Roumaines pour la tête de course. Au bord à bord sur les 2000 mètres du parcours, les Françaises ont lancé un enlevage dont elles ont le secret et qui leur a valu la première place, s'arrogeant la meilleure ligne d'eau en finale dimanche à 11 h 02.

 

Suite des hostilités sur le Rotsee avec le repêchage du deux sans barreur et surtout les demi-finales.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies