• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Coupe du monde III : les Bleus entrent dans la danse à Sabaudia
Coupe du monde III : les Bleus entrent dans la danse à Sabaudia

C'est un week-end italien pour l'équipe de France ! Cinq bateaux sont engagés depuis ce vendredi matin à Sabaudia pour la dernière étape de la coupe du monde. Deux d'entre eux ont déjà gagné leur ticket pour la suite de la compétition.

Un soleil estival, un décor grandiose que ce lac de Paola pour le dernier rendez-vous mondial avant les Jeux olympiques de Tokyo. Une dernière occasion pour certains d'évaluer leurs concurrents avant le Japon, pour d'autres de prendre la température avant les mondiaux U23 de Racice, et pour d'autres encore de conclure la saison par un podium mondial. Les Bleus n'ont pas tous connu le même bonheur aujourd'hui, et pour certains c'est demain que le verdict sera rendu.

 

Des débuts prometteurs pour Audrey Feutrie

Audrey Feutrie a démontré qu'elle avait bien réussi sa conversion de la pointe à la couple. À mi-parcours, elle pointait à la troisième place, avant d'entamer un duel avec la Suissesse qui avait passé sa pointe devant au départ. Mais la tricolore a su trouver les ressources nécessaires et a réalisé un superbe dernier 500 qui lui a valu la deuxième place sur la ligne d'arrivée, synonyme de qualification pour la demi-finale de demain en milieu de matinée. "Je suis contente de passer directement en demie, lance Audrey Feutrie, j'ai pris beaucoup de plaisir sur ce premier parcours. Je suis restée au contact avec la Danoise et la Suisse tout au long du parcours. J'ai réussi à rester focus sur moi-même pour relancer dans le dernier 500. Je vais profiter de ce week-end pour travailler davantage ce milieu de parcours et gagner en expérience là-dessus. Cette Coupe du Monde ce n'est que du plus pour moi !"

 

Le deux de couple poids léger féminin avait face à lui les Italiennes et les Néerlandaises médaillées d'or et de bronze aux Europe de Varèse, ainsi que les Suisses récemment qualifiées pour Tokyo. En bref, du beau monde dans cette course préliminaire pour l'attribution des lignes d'eau de la finale. Deuxièmes au passage du premier 1000, Susannah Duncan et Aurélie Morizot ont finalement terminé la course à la quatrième place. Les compteurs seront remis à zéro dimanche à 12 h 17 pour la finale A. "On est très contentes de cette course, note Aurélie Morizot, c’est notre première course ensemble. On a été bien incisives dans le premier 1000, on sait qu’il va falloir passer un cran dimanche pour jouer avec les meilleures, on a hâte et on est super contentes de ramer ensemble".

Les deux paires masculines françaises étaient engagées dans la même série du deux sans barreur. Si Thibaud et Guillaume Turlan pointaient à la première place après 500 mètres de course, ils ont cédé leur leadership aux Italiens et aux Britanniques qui ont remporté les deux seules places qualificatives pour la finale A et ont terminé cinquièmes. De leur côté, Téo Rayet et Louis Chamorand ont réussi à maintenir leur position, passant la ligne d'arrivée à la quatrième place. "On est contents de notre parcours, commente Téo Rayet, sachant que Louis a pu reprendre l'entraînement il y a seulement trois semaines. On est restés au contact le premier 1000 puis les Italiens ont placé leur attaque dans le troisième 500. On est focus sur le repêchage de demain maintenant".

 

Une finale B pour le skiffeur du week-end

Hugo Beurey avait terminé à la quatrième place de sa série le matin, face, entre autres, à un Italien médaillé d'argent à Lucerne il y a deux semaines et d'or, mi-avril, en quatre de couple aux Europe. En repêchage cet après-midi, il avait à nouveau face à lui un autre Italien, médaillé d'or à Lucerne en skiff poids léger. Encore deuxième au passage des 1500 mètres, il a cédé aux attaques du Hongrois puis du Polonais et a terminé à la quatrième place également. Il courra donc en finale B demain à 9 h 42. "Je suis bien parti, explique Hugo Beurey, j'ai tenu 1500 mètres puis plus rien. La chaleur n'aide pas non plus, on n'est pas habitués avec le temps qu'on a eu ces dernières semaines". Un enchaînement de compétitions qui commence à être long, mais que le rameur admet : "J'ai choisi de faire cette étape de Coupe du Monde, je ne le regrette pas".

 

Demain, les deux sans barreur masculin et le skiff féminin défendront leur chance de rejoindre le deux de couple poids léger féminin en finales dimanche.

Retour aux actualités
Coupe du Monde III - Sabaudia - Vendredi 4 juin 2021
04/06/2021 - FFAviron - Eric Marie
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies