• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Une médaille supplémentaire pour la Génération 2024 à Racice
Une médaille supplémentaire pour la Génération 2024 à Racice

Après le quatre de couple hier, une nouvelle médaille d'argent a été décrochée par les poids légers, en deux de couple.

Les Bleus ont démonté les bateaux et rechargé la remorque, à l'issue de cette dernière journée de championnats du monde U23 à Racice. Un bassin qui accueillera en 2022 les mondiaux Sénior en septembre. Une nouvelle médaille a été décrochée aujourd'hui par les tricolores par un équipage qui a déjà Paris 2024 dans un coin de la tête.

 

C'est encore l'Allemagne qui gagne… Un leitmotiv que les tricolores ont tenté de casser aujourd'hui, avec Ferdinand Ludwig et Victor Marcelot. Les Allemands sont partis très fort, ce n'était pas une surprise, mais le rythme qu'ils ont imposé n'allait pas être facile à rattraper. Les deux Français ont eux aussi réalisé un beau départ, se battant pour conserver leur deuxième place, mais tentant dans le même temps de combler le fossé avec le bateau d'outre-Rhin. Ce dernier s'est arrogé l'or sur la ligne d'arrivée, les Bleus s'emparant de l'argent et les Belges du bronze. "On savait que les Allemands allaient partir fort, commente Ferdinand Ludwig, mais notre force, c'est le 1000 du milieu. On avait comme objectif de remonter au coup par coup, on est repartis dans le dernier 500. C'était une belle course". Le duo français a su contenir l'équipage belge qui a tenté de remonter sur la fin. Le duo, qui partage la coque depuis quelques semaines après avoir ramé dans des bateaux concurrents lors de la première étape de coupe du monde à Zagreb, s'est bien trouvé et ne réalise pas encore complètement le résultat de ce qu'ils ont construit ensemble, mais ne manquera pas de le célébrer.

Première finale A du clan français, celle du quatre de couple masculin. Hugues Larchevêque, Adam Le Gal, Yoann Lamiral et Florian Ludwig affrontaient de très sérieux adversaires : les Tchèques finalistes de la dernière étape de coupe du monde, des Allemands et Néerlandais médaillés mondiaux en U23 et en juniors… Les Français sont restés au contact pendant les premiers 500 mètres, mais ils n'ont pas pu maintenir le rythme effréné imposé par les leaders de la course. Ils ont franchi la ligne d'arrivée en sixième position.

Noémie Aubert, Marie Pachebat, Lou-Anne Caniard, Pauline Rossignol, Lucine Ahyi, Emilie Mouchet, Ruxandra Botezatu et Ombeline Lucas leur barreuse Maïtena Mateus savaient que la tâche serait compliquée. Elles n'ont toutefois lâché en finale pour tenter de remonter, réussissant dans le dernier 500 à réduire l'écart avec le podium, finissant à moins d'une demi-seconde des Roumaines quatrièmes et quatre secondes des Allemandes troisièmes. Cinquièmes au passage de la ligne d'arrivée, elles ont toutes l'air décidées à continuer l'aventure en huit.

Audrey Feutrie le disait elle-même : cette finale allait être difficile et tous les compteurs étaient remis à zéro. La rameuse tricolore a réalisé un bon départ, se plaçant dans le tiercé de tête sur les 500 premiers mètres avec l'Allemande et la Suisse. Puis la rameuse d’Armentières a dû céder du terrain à la skiffeuse sud-africaine à mi-parcours puis à la Britannique. Elle termine à la cinquième place de cette finale A. Une belle performance pour la skiffeuse française qui va défendre la saison prochaine ses chances en élite.

 

La journée avait commencé par les finales B.

Premiers Français à s'élancer sur le Labe Arena, Benjamin Haguenauer et Romain Harat ont dû lutter avec les Espagnols, les Russes ayant creusé l'écart à l'issue du premier 1000. Les Bleus ont terminé finalement à la troisième place de la course.

C'était ensuite au deux de couple poids léger féminin d'Inès Boccanfuso et Aurélie Morizot de prendre le départ de leur course. Un départ canon qui leur a permis de s'installer en tête dès le début et de mener les débats, conservant tout au long du parcours une confortable avance et creusant l'écart avec leurs poursuivantes au fur et à mesure du parcours. Elles ont terminé à la première place de cette finale B.

Le huit masculin a conclu les finales B. Il y avait du beau monde dans cette course, avec des nations habituées des podiums dans la discipline. Nicolas Vignol, Mathis Nottelet, Antoine Perdigal, Julien Viandier, Tom Puybaraud, Grégoire Bireau, Nicolas Armenjon, Armand Pfister et leur barreur Julien Deck ont terminé à la quatrième place, derrière les Roumains, les Autrichiens et les Ukrainiens.

 

Vincent Gazan, pour le secteur féminin, et Bastien Tabourier pour le masculin, dressent le bilan de ces championnats. "Les résultats sont plutôt encourageants pour ce groupe de jeunes femmes avec des objectifs variés, note Vincent Gazan. Trois bateaux étaient finalistes dans le secteur, qui font tous les trois cinquièmes". Des bateaux qui sont tous allés à la bataille, avec une dynamique qui s'est créée, du positif dans l'optique de Paris 2024". Bastien Tabourier a salué la performance des poids légers, démontrant qu'à force de travail, on arrive au meilleur niveau mondial. "Pour la couple TC, ces rameurs sont pleins d'avenir, mais ils ne pouvaient pas encore rivaliser avec les cadors de la catégorie. Mais ils peuvent entrer rapidement dans le concert des meilleurs". Pour la pointe, l'entraîneur a salué le courage des rameurs : "Les marches se franchissent une à une, il faut continuer à travailler".

Retour aux actualités
Championnat du Monde U23 - Racice 2021 - Dimanche 11 Juillet
11/07/2021 - FFAviron - Eric Marie
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies