• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Tokyo 2020 : Hugo Boucheron et Matthieu Androdias à une marche du Graal
Tokyo 2020 : Hugo Boucheron et Matthieu Androdias à une marche du Graal

C'est la course de la matinée à Tokyo pour les Bleus ! Celle qui a démontré la maîtrise de ses acteurs. 5 ans après Rio, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias s'aligneront à nouveau au départ d'une finale olympique. Armés comme jamais.

 

Ils l'ont fait et offrent à l'aviron français sa première finale olympique à Tokyo. Et pourtant, on a tremblé en début de course… Bien partis, comme leurs adversaires, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias pointaient à la quatrième place au passage des premiers 500 mètres. Mais pas d'affolement, les deux compères maîtrisent le sujet et lâchent les chevaux. Ils décalent les Britanniques et les Allemands et sont deuxièmes à mi-parcours. Il ne reste plus que les Polonais à mettre derrière, et c'est chose faite à 500 mètres de l'arrivée. Premiers de la course ne suffit pas aux Bleus qui enfoncent le clou et creusent l'écart, bouclant les 2000 mètres avec 2 secondes et demie d'avance sur les Britanniques et plus de 4 secondes sur les Polonais.

Direction la finale olympique, prévue mercredi 28 juillet à 9h30 (2h30 en France). "Cette course a été bien différente de la série, commente Matthieu Androdias, ce matin l'enjeu est venu nous titiller un peu, c'est un réflexe. Au début on est partis moins fort qu'en série. Mais on a été patients et efficients, on a laissé passer l'orage et on a été acteurs au 500. C'est une belle victoire collective, on a su donner à l'autre ce dont il avait besoin dans cette difficulté-là". Le duo affiche une certaine sérénité… un calme olympien. "On a tenu notre engagement avec Matthieu, ajoute Hugo Boucheron, pour faire un bon travail d'équipe. Ce que je retiens, c'est que peu importe le résultat, c'est le chemin et ce qu'on a construit".

 

Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino manque l'accession en finale ... sans regrets à avoir 

Dans l'autre demi-finale du jour, qui s'est tenue juste avant, le scénario n'a pas eu la même fin heureuse. Encore troisièmes à mi-parcours, Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino ont cédé aux attaques des Américaines et des Australiennes, pour finalement reprendre l'avantage sur ces dernières en fin de course. Mais la quatrième place les envoie en finale B, prévue mercredi 28 juillet à 8h10 (1h10 heure française).
"On y a mis tout notre cœur, commente Élodie Ravera-Scaramozzino, on a tout donné. On a fait tout ce qu'on a pu chaque jour, c'est la loi du sport". L'émotion est forte chez elles, la déception est bien prégnante. "Elles n'ont pas à rougir de ce qu'elles ont fait là, note la cheffe de secteur Christine Gossé, cela a pêché dans le 1000 du milieu. Mais il faut qu'elles soient heureuses de la course qu'elles ont réalisée ce matin, il reste une finale B et une place de finaliste olympique à gagner. Les derniers mois ont été compliqués, mais on a bien remonté la pente, et ça, elles peuvent en être fières".

 

Fortunes diverses en repêchages

Thibaud et Guillaume Turlan ont réussi à sortir de leur repêchage du deux sans barreur. S'ils n'ont jamais été inquiétés par les Sud-Africains, c'est avec les Biélorusses et les Espagnols que la lutte a été la plus âpre, même si ces derniers ont pris un avantage difficile à combler en milieu de parcours. Les deux frères terminent à la deuxième place et s'aligneront en demi-finale le mercredi 28 juillet à 12h10 (5h10 à Paris). "On est conscients qu'il va falloir se mettre à notre meilleur niveau face à eux, on a toujours l'ambition d'entrer en finale. On a surtout regardé les Sud-Africains pour voir s'ils revenaient ou pas plutôt que d'aller chercher le bateau de tête, on est restés sur une course d'attente".

Ça ne passe pas pour Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti. Les quatre tricolores savaient que le repêchage du quatre de couple serait relevé, elles ont réalisé un bon départ, mais c'est en cinquième position qu'elles ont franchi la ligne d'arrivée. "On a fait une course à notre niveau, commente Emma Lunatti. On fait ce qu'on sait faire de mieux, on n'a pas lâché un seul coup, on a relancé souvent. Il va falloir qu'on progresse pour les années à venir. Il faut qu'on reste focus. On n'a plus rien à perdre et on va essayer de faire de belles choses en finale. C'est loin d'être fini, on va tout faire pour aller gagner la finale B". Finale B qui se tiendra le mercredi 28 juillet à 2h00 (2h00 à Paris) .

 

La journée du lundi 26 juillet avait déjà été annulée en raison du typhon qui aborde les côtes japonaises. En début d'après-midi à Tokyo, l'on apprenait que celle du mardi 27 juillet l'était également. L'attente pour vivre les finales olympiques s'allonge, et la journée de mercredi verra les cinq bateaux français sur le Sea Forest Waterway.

Retour aux actualités
Jeux Olympiques Tokyo 2020 - Dimanche 25 Juillet
25/07/2021 - FFAviron - Eric Marie / FFAviron - Akseophoto
Tags associés

JO Tokyo 2020
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies