• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • L'argent olympique pour marquer l'histoire de l'aviron féminin
L'argent olympique pour marquer l'histoire de l'aviron féminin

Le deux de couple masculin a débloqué le compteur à Tokyo, et le deux de couple poids léger féminin a rajouté une belle médaille d'argent au bilan de l'équipe de France olympique. Un résultat basé sur une complicité et une fraîcheur à toute épreuve qui ont permis de concrétiser le travail accompli depuis plusieurs années par les deux jeunes rameuses.

Laura Tarantola et Claire Bové affrontaient dans cette finale A du deux de couple poids léger féminin le duo néerlandais dont l'une des deux protagonistes est championne olympique en titre, les Britanniques et les Italiennes qui ont dominé les demi-finales, les Roumaines quatrièmes aux Europe de Varèse et les Américaines qui avaient remporté la régate de qualification à Lucerne en mai. Une course dont la densité allait se vérifier sur l'eau, avec, dès les premiers 500 mètres, cinq bateaux dans la même seconde. "On savait que ce serait le couteau entre les dents du premier au dernier coup", note Laura Tarantola. Les Françaises sont alors deuxièmes et le restent jusqu'à mi-parcours, avant de laisser leur place aux Britanniques qui tentent de remonter sur les Italiennes et les Néerlandaises qui se sont invitées à la fête. A 500 mètres de l'arrivée, les tricolores se lancent dans l'enlevage et réalisent le meilleur temps sur cette portion du parcours.

Un finish de folie si bien qu'après avoir franchi la ligne d'arrivée, le résultat se fait attendre. L'Italie apparaît en tête sur l'écran puis, après quelques longues secondes d'attente, la France à seulement quatorze centièmes derrière : vice-championnes olympiques ! Des cris de joie s'échappent de la zone d'arrivée, Laura Tarantola et Claire Bové avoueront un peu plus tard qu'elles en étaient à l'origine. Une victoire décrochée à l'enlevage, une partie de la course qu'elles ont démontré pouvoir maîtriser en demi-finale. "Nous l'avons travaillé, explique leur entraîneur Frédéric Perrier, techniquement, physiquement et mentalement avec des exercices".

Les jeunes filles ont débarqué au ponton d'honneur, avant d'aller enfiler la tenue protocolaire pour recevoir l'argent olympique. Une victoire historique : il s'agit là de la deuxième médaille olympique de l'aviron féminin français, après celle d'Hélène Cortin et Christine Gossé en 1996 à Atlanta. Cette dernière ne boudait pas son plaisir : "c'est le résultat de neuf années de travail, explique la cheffe de secteur, et je suis contente, car leur médaille est en argent, la mienne était en bronze, c'est donc encore mieux", ajoutant avec le sourire "je me sens moins seule". Une course tendue de bout en bout, avec des concurrentes qui se sont battues jusque sur la ligne d'arrivée. "A chaque 500 je tournais la tête pour prendre des indications, explique Laura Tarantola, et je voyais qu'on était toujours dans le paquet et dans le dernier, je me suis dit il reste deux minutes, on donne tout". Elles l'avaient dit hier, qu'elles n'auraient rien à regretter. Claire Bové est restée focalisée sur les consignes de sa coéquipière : "je me suis dit : il faut juste qu'on se sente bien, qu'on se fasse plaisir sur l'eau".

La joie éclate au podium. "Je n'ai pas réalisé tout de suite, commente Claire Bové, avec la musique j'avais l'impression d'être dans un film épique". Une joie intense partagée par Laura Tarantola : "beaucoup d'émotion sur le podium, trop contente de s'être dépassées comme ça. On a souvent été de l'autre côté, et là ça paie. Je pensais à tous ceux qui sont restés à la maison et qui nous soutiennent". Une médaille qu'elles partagent avec tous ceux qui les ont aidées depuis plusieurs années, notamment Frédéric Perrier leur entraîneur, apprenant à se connaître pour parler le même langage et instaurer la confiance. Des rameuses déjà prêtes à remettre le couvert pour Paris 2024, après avoir pris le temps de savourer la médaille du jour.

La journée avait commencé avec la finale B du deux sans barreur masculin. Thibaud et Guillaume Turlan retrouvaient notamment dans la course la paire néerlandaise, cinquième des Europe à Varèse. Les Bleus sont bien partis et pointaient en tête après 500 mètres de course. Un parcours engagé, mais au cours duquel ils ont cédé le leadership aux Néerlandais, se laissant ensuite rattraper par les Biélorusses. Troisièmes à franchir la ligne d'arrivée, ils terminent au neuvième rang de ces Jeux olympiques.

Le palmarès de l'équipe de France d'aviron, sur ces Jeux de la XXXIIe olympiade, atteint ainsi deux médailles : l'or et l'argent. Un deuxième métal plus précieux que celui de Rio en 2016 où la France avait remporté l'or et le bronze. Maintenant, tous les regards et les attentions vont se porter vers la préparation de la prochaine échéance olympique à la maison : Paris 2024.

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies