• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • 13 équipages français rêvent encore de médaille à Oeiras
13 équipages français rêvent encore de médaille à Oeiras

Les séries se sont terminées hier, et dans la suite les premières finales B se sont courues à Oeiras. Mais c'est aujourd'hui que tout va se jouer pour les treize bateaux français qui ont réussi à se qualifier pour les grandes finales mondiales d'aviron de mer.

Seize bateaux français étaient en course aujourd'hui, sous le soleil portugais et sur les vagues de l'Atlantique qui a offert les mêmes conditions que la veille aux compétiteurs venus des cinq continents, qui s’affronteront pour tenter de décrocher l'un des sept titres mondiaux en jeu sur ces championnats. Cinq d'entre eux sont venus s'ajouter à ceux qui s'étaient qualifiés lors des premières séries jeudi.

 

Les doubles mixtes avaient ouvert le bal hier matin, avec la qualification de Maya Cornut-Danjou et Damien Bloudeau, sous les couleurs du CN Libourne, quatrièmes de la première série. Dans la deuxième, c'était au tour de Clément Thomas et Juliette Hourdin (Saint-Malo) de décrocher leur ticket pour la finale A avec une cinquième place dans la course puis, dans la dernière série, Edwige Alfred et Ludovic Dubuis ont remporté la sixième place, elle aussi synonyme de finale A cet après-midi à 17 h 15. Moins chanceux, Jérôme Hamelin et Evangéline Calloud (Aix-les-Bains), Sébastien et Sarah Clert (Arcachon), Rémy Rabal et Maxence Dupuis du Rowing club de Marseille, mais aussi Anne-Elisa Communal et Vincent Cavard, qui ont connu quelques problèmes à un virement de bouée, courront la finale B à 10 h. Patrick et Patricia Goupil, de Saint-Malo, n'ont quant à eux pas pu passer le cap des séries et sont sortis de la compétition.

En solo masculin, Pierre Bouffard du CN Libourne avait terminé à la septième place dans la première série. Une place charnière, puisque seuls les deux plus rapides septièmes sur les trois séries se qualifiaient pour la grande finale. C'est donc dans l'après-midi qu'il a appris qu'il courrait finalement en B. Au même jeu dans la course suivante, Lionel Picard (Saint-Jean-de-Luz) a été plus chanceux, en décrochant d'office un meilleur temps sa qualification était assurée. Le Libournais a appris à l'issue de la troisième série qu'il s'alignerait en finale B, un solo espagnol l'ayant devancé au chrono. Il y affrontera Fabien Gernais de Cherbourg et Alain Moretto de Cassis. Le rameur de Bordeaux, Michael Hitier, n'a quant à lui pas pu sortir des éliminatoires.

Autre discipline au programme des rameurs de l'hexagone hier, le quatre barré masculin. La première série a été remportée avec brio par le bateau de l'Aviron club Lyon-Caluire avec, à son bord, seulement deux rameurs qui ont déjà couru en mer. La chance a donc souri aux novices, bien encadré toutefois par les expérimentés Vincent Noirot et Maxence Tollet, qui ont déjà pris part à plusieurs compétitions du genre. "L'aviron de mer, résume Vincent Noirot, c'est de l'expérience, de la stratégie et de la chance". Kerrian Boulay, Gael Caille, Suliac Rozanier et Romain Maudet (barrés par Maella Blevin) de Saint-Malo, Remi Camous, Harold Cremer, David Anelli, Eric Ordener et Patrick Montaggioni de Cassis courront quant à eux en finale B.

 

La journée s'est achevée par un premier lot de finales B. En quatre barré féminin, on retrouvait le bateau de Cassis avec à son bord Josette Auriemma, Isabelle Poncet, Véronique Montoliu, Florence Debise et leur barreur Pierre Dupont. L'embarcation a terminé à la neuvième place. Dernière finale B de la journée pour les clubs français, celle du double masculin. Lionel Vigier et Jean-Simon Carrivain-Pic de Cassis ont terminé à la douzième place.

 

Verdict aujourd'hui dès 12 h 30, heure française, pour les finales A des Français aux mondiaux d'aviron de mer. Ce sont les rameuses alignées en quatre barré qui donneront le ton de ces courses aux médailles. La France possède de solides arguments dans cette catégorie, avec trois bateaux engagés. Pour boucler ce mondial les doubles mixtes seront en mer, avec là encore trois embarcations venues de l'hexagone en lice.

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies