Podiums en série à Varèse

Une très belle moisson en ce 22 mai pour l’équipe de France ! Au Championnat d’Europe Junior, la génération 2022 a empoché sept médailles en autant de finales. C’est donc une série de courses réussies qui se sont enchaînées en ce dimanche. Une journée qui avait débuté par les demi-finales et les derniers tickets à obtenir et qui s’est déroulée sous un ciel couvert, mais dans de très bonnes conditions.

 

Finale A JM1x :

Un vrai défi à relever pour Pierre Molins ! Avec sa troisième place acquise en demi-finale, le Français ne pouvait compter que sur lui-même pour s’extirper du couloir 1. Et fidèle à sa stratégie de course, il est parti fort afin et a ainsi pu garder un œil sur l’ensemble de ses concurrents. Seul le rameur britannique, qui avait déjà devancé Pierre Molins en demi-finale, échappait au champ de vision du jeune tricolore grâce à un départ canon. Le skiffeur d’outre-Manche ne sera pas revu. Derrière, le Français a bien géré son effort et s’est offert le luxe de disputer le podium avec le Belge et le Suisse. À ce jeu, notre rameur a fait mieux que résister et est parvenu à décrocher la troisième place sur le Lago di Varèse ! S’il a raté l’argent pour deux petits centièmes, Pierre Molins rentrera avec une très belle médaille de bronze.

La réaction du rameur : « C’était une super finale. j’ai suivi le plan de course que j’avais à suivre et ça s’est passé parfaitement ! Avec à la fin la récompense de cette médaille. Je suis super content, car c’est ma première médaille internationale et je n’espère pas la dernière ! J’ai vraiment pris du plaisir à ramer aujourd’hui ».

 

Finale A JW2- :

Dominantes en série, Jeanne Sellier et Léontine Fouquet pouvaient légitimement espérer réaliser une belle performance en finale. Partie en retrait sur la première moitié de parcours, la paire française a produit son effort par la suite. À 500 mètres de la ligne, c’est un match à quatre qui s’est dessiné pour la victoire. En bord à bord, les Françaises ont fait le forcing pour revenir sur le bateau italien qui avait pris une longueur d’avance. Toutefois, c’est bien les Grecques qui ont porté l’estocade victorieuse. Dans l’enlevage, notre deux sans barreur a dû faire face retour de la Roumanie, et lutter pour conserver sa place sur le podium. Sur la ligne, Jeanne Sellier et Léontine Fouquet auront su garder leur avantage pour apporter une seconde médaille de bronze au total tricolore.

 

Finale A JW4- :

Gagnantes de la course préliminaire le samedi, les Bleues avaient à cœur de montrer que leur victoire ne serait pas sans lendemain. Quatre bateaux engagés dans cette catégorie, mais une course extrêmement dense ! Léa Herscovici, Caroline Lagarde, Apoline Dansault et Rachel Mazzolini se sont positionnées en tant que chasseuses derrière l’équipage italien. Au fur et à mesure de la course, l’écart a fondu entre la tête de la course et le reste de la flotte emmenée par les Françaises. Si elles ont longtemps cru pouvoir damer le pion aux Transalpines, les quatre rameuses ont finalement dû se résoudre à voir leurs adversaires filer vers la victoire. Le bateau bleu-blanc-rouge a toutefois réalisé un très beau parcours et a franchi la ligne d’arrivée en deuxième place. Cela sera donc l’argent pour Léa Herscovici, Caroline Lagarde, Apoline Dansault et Rachel Mazzolini !

 

Finale A JW4x :

Après la pointe féminine, c’est au tour des « coupleuses » de s’illustrer sur le Lago di Varese ! Avec une belle prestation en série, les quatre Françaises avaient l’opportunité de partir au centre du bassin en finale. Jessica Ravoire, Maëlle Merdens, Élea Cloutier et Lucie Assier ont su se dépasser pour s’offrir une belle récompense. Si les Roumaines et les Polonaises se sont rapidement dégagées, et les deux premières places devenir inaccessible pour notre équipage, la médaille de bronze était en ligne de mire. Emmenées par leur cheffe de nage Jessica Ravoire, les tricolores ont construit leur parcours au coup par coup pour faire la différence sur leurs rivales tchèques. C’est donc un podium qu’a acquis le quatre de couple français à Varèse.

Bilan de l’entraineur, Gaël Depierre : « Les temps ont confirmé qu’elles étaient tombées dans la série la moins relevée. Cela a permis d’éviter le repêchage et d’optimiser la récupération. Elles avaient la consigne de ne pas se faire décrocher sur le début de parcours, sachant qu’elles sont fortes sur le 3e 500. Elles ont bien su mettre cela en application. Ce n’était pas gagné d’avance avec une seule semaine de ramerie ensemble, mais les filles ont été très réactives et ont montré un super état d’esprit."

 

Finale A JM2x :

Vainqueurs ni en série ni en demi-finales, Côme Gonzalez et Alric Rodrigue-Rosati s’avançaient en outsider au départ de la finale du deux de couple. Dans une course qui s’est rapidement décantée, le double Turc a pris un avantage certain d’entrée de jeu. Dans leur sillage, ce sont bien nos deux Français qui ont placé leur coque en seconde position durant l’ensemble de la course. Si Côme Gonzalez et Alric Rodrigue-Rosati n’ont jamais pu remonter à la hauteur des leaders, leur effort a été parfaitement géré jusqu’au bout du parcours. En tenant à distance ses poursuivants, le deux de couple a apporté une nouvelle médaille d’argent au clan bleu-blanc-rouge !

Réaction des rameurs :
Côme Gonzalez « On est vice-champions d’Europe, donc c’est un très grand plaisir, on a passé un très bon championnat. Avec Alric on se connaît depuis le Championnat du Monde l’année dernière et on s’est mis ensemble après les bateaux courts. Depuis, on a bien progressé, on a essayé de mettre en place les conseils de notre coach course après course. »
Alric Rodrigue-Rosati : « On s’est donné à fond toute la course, zéro regret pour nous deux en tout cas. On a donné le meilleur de nous-mêmes et j’espère que ça va continuer ! »

 

Finale A JW2x :

Milla Massemin et Salomé Degeorges ne comptaient pas interrompre la belle série des Bleuets en cet après-midi italien ! Et, à l’instar de leurs coéquipiers, les deux rameuses n’ont pas déçu. Derrière un équipage grec intouchable, le deux de couple des Françaises s’est livré, depuis le couloir 1, à une belle bataille pour accéder aux honneurs du podium. Troisième aux pointages intermédiaires, le double a peu à peu fait parler sa puissance pour remonter et déborder la Lituanie qui détenait la seconde place. C’est donc à l’enlevage que Milla Massemin et Salomé Degeorges ont fait la différence pour s’octroyer le titre de vice-championne d’Europe.

Bilan de l’entraineur, G.Depierre : « Plus attendues que le quatre de couple, elles ont déjoué sur la série. Elles n’étaient pas parties correctement et ont dû faire la course derrière. Elles ont dû passer par les repêchages, ce qui leur a fait du bien, elles se sont focalisées sur leur départ lors de cette course. En finale, à l’extérieur, l’idée était forcément de partir fort pour faire douter les autres. Elles ont tenu en respect le reste de la flotte, c’était très bien. Au final, un week-end positif ! »

 

Finale A JM8+

Une fois n’est pas coutume, l’équipe de France s’alignait au départ de la dernière course du programme : celle du huit masculin. Bien qu’ayant remporté leur série, les Bleus savaient que tout restait à faire sur le lac lombard. Suite à un départ très rapide de l’Ukraine, l’Italie s’est vite placée en tête de la course. À domicile, le huit Transalpin a remporté cette course en moins de 6 minutes. Les huit rameurs tricolores, Harry Fisher, Louis Descot-Vigouroux, Pierre-Esteban Soubeste, Lucas Fauché, Maxime Eymard, Alexandre Jolard, Alexis Rosé, Pierre Czerwik et leur barreuse Lucie Mercier, ont évolué à une longueur des Italiens et se sont mêlés au sprint final pour un nouveau podium. Les jaunes et bleus ukrainiens n’ont pas faibli dans la course à la médaille d’argent. Restait une médaille de bronze à décerner. Une nouvelle fois opposée à la Roumanie, l’équipe de France a lâché ses dernières forces dans la bataille. Au bout du compte, ce sont bien les tricolores qui ont décroché cette place convoitée !

 

Finale B JM4-

Après avoir échoué lors des repêchages du samedi, Youenn Mer-Appere, Pierre Picquet-Egly, Marco Malecot et Martin Choichillon avaient à cœur de conclure leur sortie internationale sur une bonne note. Déterminés, les Français l’étaient d’entrée de jeu comme en a attesté leur passage en tête aux 500 mètres. Si le quatre sans barreur grec s’est ensuite détaché dans cette petite finale, le quatuor tricolore a livré une très belle course et s’est adjugé la seconde place, synonyme de huitième position européenne.

Réaction de l’entraîneur G.Bosquet : « Le quatre sans barreur réalise un championnat à son niveau, un peu léger sur le physique pour rivaliser avec les meilleures coques européennes, mais qui fait une très bonne course en finale B. Ils ont tout donné aujourd’hui. Ce sont des rameurs très agréables à coacher et de bons techniciens. Ils repartent du Championnat d’Europe avec le sourire et c’est une belle satisfaction d’avoir pu réaliser ça avec eux !"

 

Finale B JM4x :

Une journée intense pour notre quatre de couple masculin. L’équipage a beau eu tenter, la marche pour entrer en grande finale était trop haute. De ce fait, un peu plus de deux heures après la demi-finale, Elouen Chenede, Nicolas Sayn, Ulysse Ciment et Bartolomeo Vosgien avaient rendez-vous en finale B. Sans démériter, nos quatre représentants n’ont pu s’extirper du peloton et ont dû laissé les Polonais se diriger vers la victoire. Ils terminent ce Championnat d’Europe à la 9e place.

Réaction des rameurs :
B.Vosgien « C’était une belle expérience, de quatre de couple, une expérience d’équipe, où on vit ça tous ensemble et on prend du plaisir à produire du bel aviron ensemble."

E.Chenede « Sur la demi-finale, on a fait la course qu’on avait envie de faire, mais on est tombés sur plus forts que nous. En finale B on avait de bons clients également. Un bon championnat où on s’est fait plaisir et au final nous n’avons pas de regrets ».

 

Si les Bleuets n’ont pu accéder à la plus haute marche du podium, c’est un bilan positif pour leur première sortie internationale de l’année. Avec des repères pris, et quelques mois de travail supplémentaire, l’équipe de France retrouvera le Lago di Varese en juillet pour y disputer le Championnat du Monde de la catégorie. D’ici là, les représentants tricolores auront eu le temps de célébrer comme il se doit les médailles décrochées lors de cette compétition continentale.

Des médailles qu'ils pourront partager fièrement avec leurs entraîneurs, tous médaillés aujourd'hui également ! Un bravo à Gaëlle Buniet, Gilles Bosquet, Yvan Deslavière et Gaël Depierre pour cette performence. 

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies