• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • De l'électricité dans l'air pour le début des Championnats de France bateaux longs
De l'électricité dans l'air pour le début des Championnats de France bateaux longs

Électrique. Dans l’air comme sur l’eau, les deux premières journées sur le Lac d’Allier ont fait le plein d’énergie et ont permis aux clubs d’y voir plus clair sur leurs ambitions. Les championnats de France bateaux longs connaîtront leur dénouement à l’issue du dimanche où pas moins de 24 titres nationaux seront distribués.

 

Avant d’en arriver aux parcours décisifs pour les places d’honneur, il y avait deux denses journées de compétition à négocier. Premiers sur le pont, les rameuses et rameurs Séniors ont inauguré le bassin vichyssois. Les plus jeunes avaient, eux, une journée supplémentaire pour préparer leur entrée en lice.

Dès le vendredi après-midi, il a donc fallu composer avec la chaleur étouffante qui planait sur la cité thermale. Il n’y avait pas de place à l’hésitation au moment d’aborder ces séries, notamment dans les épreuves directement qualificatives pour les finales telles que les quatre sans barreur masculin et féminin, ou encore la traditionnelle catégorie du deux avec barreur masculin. Il en allait également de même pour les courses du bateau roi qui concluaient le programme. Et alors que le ciel devenait menaçant, celui-ci est tombé sur la tête de l’équipage tenant du titre du huit masculin : le CA Lyon. Sans Matthieu Androdias, forfait de dernière minute, les Bleus-Bleus ont subi la loi de leurs adversaires de série, l’Aviron Grenoblois, le CN Chambéry et la SN Monaco. De son côté, le CN Verdun a remporté sa série. Chez les femmes, c’est la CA Nantes qui a réalisé le meilleur temps de ces premiers parcours.

 

Pour tous les autres, le rendez-vous était pris pour le samedi après avoir laissé passer le premier orage … Pas moins de neuf heures de courses étaient au programme sous le regard des nombreux promeneurs présents sur le bord de l’Allier tout au long de la journée. Ils ont donc pu voir les J18 lancer les premières hostilités alors que le mercure progressait rapidement. Peu d’air pour rafraîchir les esprits, mais des conditions équitables pour l’ensemble des équipages en lice.

La journée fut éprouvante pour les espoirs de l’aviron tricolore qui était invité à disputer une série le matin, puis un tiers de finale ou une demi-finale l’après-midi. Dans les épreuves comptant le plus d’engagés, il fallait donc terminer à l’une des deux premières places pour accéder à la finale. Pour beaucoup de ces athlètes, ces championnats sont une première expérience à ce niveau et la gestion de la pression inhérente à cet événement fait partie de l’apprentissage.  Pour d’autres, on fait preuve de davantage de métiers acquis les années précédentes. C’est le cas notamment pour le deux de couple féminin de l’Union Sportive de Toul dont les deux rameuses avaient accroché le podium en 2021, dans leur année J17, et qui a réalisé le meilleur temps des qualifiées en finale. Il en va de même pour le quatre barré masculin du Sport Nautique de Compiègne, dont trois de ses rameurs étaient devenus vice-champions de France l’an dernier, qui s’avancera en finale avec le statut de favori.

 

Leurs aînés ont également décroché leurs tickets pour les différentes finales. En milieu de journée, tiers de finales et demi-finales ont rendu leur verdict. Parmi les courses du jour, les suiveurs ont pu constater que Claire Bové ne comptait pas laisser filer le titre du double poids léger. Avec sa coéquipière de l’AS Mantaise, la vice-championne olympique a laissé la meilleure impression sur ce parcours qualificatif. En quatre sans barreur poids léger masculin, Boulogne 92 tentera de conserver son titre national, mais devra surveiller les rameurs des Régates Maconnaises en finale. Une finale A que ne rejoindra pas le champion olympique de Sydney, Yves Hocdé. Âgé de 49 ans, ce grand monsieur de l’aviron français avait rempilé avec le CA Nantes pour ces championnats. D’autres performances notables ont été réalisées à l’occasion de ces courses et annoncent quelques équipages à suivre. On devrait notamment retrouver une belle bataille en finale du quatre de couple masculin tant les six bateaux qualifiés ont semblé proches les uns des autres. L’attention sera aussi à porter sur la finale du double féminin qui devrait mettre aux prises le duo de l’Encou composé d’Hélène Lefebvre et d’Élodie Ravera et les tenantes du titre d’Armentières.

 

Entre les catégories Sénior et les J18, deux courses Para-Aviron adapté étaient au programme en prévision des finales du dimanche. Un parcours préliminaire regroupant des rameuses et rameurs PR1, PR2 et PR3 était également proposé en ce samedi.

Pour éviter la foudre et les intempéries qui s’annonçaient une nouvelle fois en fin de programme, les dernières coques bouclant le programme de la deuxième avaient à cœur d’achever au plus vite les 2000 mètres. Et pas seulement pour éviter la foudre qui s’annonçait, mais aussi, car des places d’honneur étaient à conquérir lors de ces finales C et D.

Retour aux actualités
Championnats de France bateaux longs - Vichy 2022 - Vendredi 3 juin
03/06/2022 - FFAviron - Akseophoto
Retour aux albums
Championnats de France bateaux longs - Vichy 2022 - Samedi 4 juin
04/06/2022 - FFAviron - Akseophoto
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies