• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Deux médailles qui font le bonheur des Bleus aux Jeux Paralympiques
Deux médailles qui font le bonheur des Bleus aux Jeux Paralympiques

Des années d’investissement pour vivre cette journée ! Ce dimanche 29 août était le point d’orgue des Jeux Paralympiques, mais aussi de plusieurs saisons de préparation. Engagée dans deux grandes finales, l’Équipe de France a répondu présente pour s’adjuger deux superbes médailles de bronze.

Toujours dans une ambiance extrêmement chaude et humide, les épreuves d’aviron de ces Jeux de Tokyo 2020 ont rendu leur verdict sur le Sea Forest Waterway. Parmi les quatre épreuves au programme, deux d’entre elles intéressaient les Français, en ce qui concerne les finales A. Le vent de face qui soufflait sur le bassin n’a pas permis aux bateaux de faire tomber des records, mais la lutte n’en était pas moins âpre dans l’ensemble des courses.

 

Deux finales A et deux médailles

Première finale A du jour pour les Bleus, celle de Nathalie Benoit ! Pour remonter sur le podium des Jeux Paralympiques, la rameuse tricolore allait devoir s’employer à fond. Les lignes d’eau ayant été inversées en raison du vent, et ce afin de garder une équité entre les finalistes, c’est depuis la ligne d’eau 4 que la Française s’est élancée. Notre skiffeuse PR1 n’a pas eu de surprise au moment de voir la favorite norvégienne, Birgit Skarstein, prendre un net avantage dès les 500 premiers mètres. La bataille allait pouvoir s’engager entre les autres concurrentes pour le podium. À la mi-course, rien n’était joué. Nathalie Benoit ne concédait qu’une poignée de secondes à la rameuse israélienne, deuxième, et possédait une légère marge d’avance sur l’Ukraine.

À l’expérience et au talent, la tricolore s’est ensuite dégagée de sa poursuivante pour aller conquérir le bronze, dans une course qu'elle avait imaginé se dérouler ainsi : "J'avais visualisé la finale de cette manière. Je savais qu'on allait toutes partir très vite et que les deux premières places étaient inaccessibles. Nous étions trois pour le bronze, je me suis dit de faire ma course de rester dans mon bateau et j'ai réussi au coup par coup à prendre de l'avance. Quand on voit les attaques, on est en position de force" ! 9 ans après Londres, Nathalie Benoit retrouve donc le podium paralympique, à Tokyo. Un soulagement pour la tricolore "Il y a un grand sourire derrière mon masque. J'étais très stressée, cela fait plusieurs jours que je m'étais mis beaucoup de pression, je suis soulagé !" L’émotion de la Française sur le podium traduisait tout le chemin parcouru depuis et tout le travail réalisé aux côtés de son entraîneur Charles Delval !

 

Un magnifique défi attendait le quatre barré mixte PR3 tricolore. Jamais la France n’avait obtenu de médaille aux Jeux Paralympiques dans cette embarcation ! Vice-champions d’Europe cette année, Margot Boulet, Rémy Taranto, Antoine Jesel, Erika Sauzeau et Robin Le Barreau voulaient confirmer à Tokyo. Dans une épreuve spectaculaire et dense, les Français ont pris leur finale par le bon bout, passant en troisième position après 500 mètres. Devant, l’intouchable bateau de la Grande-Bretagne s’est rapidement fait la malle vers le sacre. Dans le sillage des Américains, les Bleus ont tenté de décrocher le reste de la flotte, sous les ordres de leur barreur Robin Le Barreau. Et c’est ce qu’on réussit à faire les Français ! 

Coup après coup, ils ont décalé les Australiens qui visaient également cette troisième place. "Plus on s'approchait de la ligne, plus elle paraissait loin, raconte le barreur tricolore, les derniers coups étaient très longs, mais c'est tellement de joie quand on entend le bip de l'arrivée." Au passage de la ligne, Robin Le Barreau en tête, l’équipage tricolore est donc venu remporter la médaille de bronze de ces Jeux Paralympiques. L’explosion de joie des cinq rameuses et rameurs en disait long sur le bonheur partagé. "Cette médaille représente beaucoup de travail, avec un équipage qui s'est formé d'année en année, explique Rémy Taranto qui tenait à souligner l'apport des personnes qui se sont investies dans ce projet depuis les Jeux de Londres. Une médaille au bout d’une troisième aventure paralympique pour Antoine Jesel et Rémy Taranto ! Les deux hommes ont pu compter sur l’arrivée de Margot Boulet et Érika Sauzeau, en 2020, pour renforcer l’équipage PR3 et pour conquérir ce podium paralympique. Un magnifique accomplissement pour le bateau entraîné par Loïc Mariage, au terme d'une semaine paralympique maîtrisée : "On a abordé cette finale en essayant de garder la même sérénité que ce que l'on avait montré en série et en repêchage, en restant sur notre manière de faire qui fonctionne !, décrypte Margot Boulet, la nage du bateau."

 

Perle Bouge et Christophe Lavigne bouclent leur aventure paralympique à la 9e place

En ouverture, les finales B avaient lancé cette ultime journée. Il n’y aurait pas de médaille au bout de ces Jeux comme en 2012 et 2016 pour le double mixte PR2 français. Christophe Lavigne et Perle Bouge le savaient, l’accession en finale B ne permettait pas au bateau d’espérer un podium comme en 2012 et 2016. Au moment de s’aligner sur la dernière course de cette aventure paralympique, le duo pouvait prétendre à une place de finaliste. Pour cela, c’était l’une des deux premières places de la Finale B qu’il fallait s’adjuger. Parti en retrait, le duo français a tenté de combler son retard sur les équipages australiens et brésiliens durant toute la course. SI les tricolores n’ont pas faibli sur le parcours, leurs rivaux ont également livré une belle performance. Christophe Lavigne et Perle Bouge ont ainsi dû se contenter d’une troisième place sur la ligne d’arrivée, synonyme de 9e place paralympique lors de cette édition 2020.

 

Bilan 

Chef du secteur para-aviron français, Charles Delval dresse le bilan de ces Jeux Paralympiques : 

"Content et soulagé, c'était loin d'être fait. Il y avait des courses avec du gros niveau et de la densité.. Après le COVID, il n'y avait pas eu beaucoup d'affrontements pour voir la concurrence internationale, donc assez peu de repères finalement. Avant les finales, nous étions assez confiants, car les deux bateaux finalistes n'avaient pas eu à s'employer à 100% sur leurs parcours précédents.

On savait que Nathalie allait pouvoir s'employer pleinement en faisant exactement la course que l'on avait imaginée. En milieu de course elle avait de la ressource pour contrer les attaques. C'est super pour elle de pouvoir finaliser sur une médaille.
Pour le quatre barré, le départ était réussi, ce qui n'est pas forcément la force du bateau. Nous étions sereins sur leur qualité dans le troisième 500, là où ils sont les meilleurs.

Mine de rien, il y a deux médailles sur les quatre épreuves possibles. Seuls les Britanniques ont fait également 2 médailles (en Or) ! Nous avons six athlètes sur neuf possibles médaillés, c'est un beau bilan.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui se sont investies à nos côtés et qui nous ont soutenu durant ces années : les différents rameuses et rameurs qui ont cotoyé le collectif ces dernières années, les clubs, les collègues cadres techniques, le personnel fédéral ... C'est une expérience humaine riche et intense avec tout le staff, Loic Mariage, Frédéric Doucet et tout l'encadrement (kinés, préparateurs, médecins ...).

On va prendre le temps de savourer et de se projeter sur la suite.
La Fédération et les clubs sont prêts à accueillir et faire découvrir le para-aviron à toutes les personnes qui souhaitent essayer notre discipline !"

Retour aux actualités
Jeux Paralympiques Tokyo 2020 - Dimanche 29 Août
29/08/2021 - France Paralympique - Grégory Picout
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies