• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Deux premières médailles pour les Bleus à Varèse
Deux premières médailles pour les Bleus à Varèse

Le compteur est débloqué ! Le bronze est venu récompenser les deux quatre de couple poids léger U23 au terme de courses relevées où il n'y avait aucune échappatoire pour monter sur le podium. Et les autres bateaux encore en course en ont profité pour se qualifier pour la suite des championnats.

Pas de victoire sans combat

C'est ce que Yannick Schulte a annoncé à Noémie Sepe, Marion Chagnot, Eugénie Bertrand et Inès Boccanfuso. De quoi motiver un équipage prêt à aborder une finale mondiale. Et ce fut le cas : les Françaises ont pris le départ de leur course avec beaucoup d'envie et s'attendaient à ce que ce soit la guerre sur l'eau. "On savait que ça ne serait pas facile, lancent les rameuses, et cela ne l'a pas été". Les Italiennes sont parties comme un boulet de canon, laissant les autres nations se disputer les autres places. Et le classement n'a pas varié d'un point de passage à l'autre. L'Allemagne s'est arrogé l'argent derrière le pays hôte, la France décrochant le bronze deux secondes devant les États-Unis en quatre de couple poids léger féminin. "On savait qu'on se battrait avec les Allemandes, mais là on est médaillées, c'est le principal. On a fait notre course à fond, on n'a pas de regret. On remercie Arthur notre entraîneur, c'est grâce à lui !"

Aller au bout de soi-même

Personne ne se sera défilé ce matin. Léo-Paul Fiacre, Antoine Lefebvre, Louis Pruvost et Clément Mariot ont eux aussi tout donné sur l'eau dans la finale du quatre de couple poids léger masculin. "On a voulu faire un gros départ, expliquent les rameurs, et on ne l'a pas trop mal fait !" Comme pour leurs homologues féminines, l'Italie a pris le leadership, suivie là encore… par l'Allemagne ! Les Français ont alors entamé une lutte avec, encore et toujours, les Américains, mais l'écart entre les deux bateaux était beaucoup moins grand. "On est allés au bout de nous quatre, poursuivent les tricolores, on était vraiment ensemble, tous les quatre, soudés, on a poussé le plus fort possible". Un engagement qui a finalement été récompensé par une médaille de bronze au bout des 2000 mètres du parcours. "C'était un beau challenge, qu'on a vraiment mené à quatre".

Deux nouvelles demies et une finale mondiale

La concurrence devient de plus en plus rude en deux de couple masculin, une discipline qui ne compte pas moins de 27 nations engagées. Alric Rodrigue et Côme Gonzalez sont partis fort, pointant à la première place au passage du premier 500, juste devant les Italiens Marco Dri et Marco Selva, qui leur ont ravi la tête de course à mi-parcours, avant que les Suisses Ondrej Zedka et Ivo Loepfe ne les dépassent avant d'entrer dans les derniers 500 mètres. Mais la troisième place du duo français lui ouvre les portes de demi-finales demain à 10 h 40. "La stratégie était de gagner les quarts, précise leur entraîneur Yvan Deslavière, ils font troisièmes mais ils partent bien et ne sont pas encore à plein régime, ils n'ont pas encore atteint le niveau attendu. Ils vont devoir conserver leur sérénité et gagner leur demi-finale avec d'autres arguments, mais ils ont du potentiel et toutes les clés pour débloquer la situation".

Pierre Molins n'a laissé planer aucun doute sur ses intentions dans son quart de finale du skiff masculin. Le rameur tricolore s'est emparé de la tête de course dès les premiers coups de pelles et a survolé le parcours de bout en bout, sans jamais être inquiété même par le skiffeur belge Boris Taeldeman - pourtant son plus sérieux concurrent puisque vice-champion d'Europe U19 il y a deux mois devant ... Pierre Molins - qu'il a devancé sur la ligne d'arrivée de plus de 5 secondes. "C'était bien ce matin, lance le skiffeur français, je suis parti fort pour mettre le maximum de distance dès que possible, pour être rassuré et j'ai gardé une bonne moyenne tout au long du parcours. Je m'étais préparé à ce que le Belge attaque, je sais qu'il a un gros finish et j'ai vu qu'il n'attaquait pas". Direction la demi-finale demain à 10 h 50.

L'arrivée de la demi-finale du skiff masculin dans laquelle était engagé Romain Harat fut à l'image de toute la course, serrée entre les trois principaux protagonistes. L'Australien Cormac Kennedy-Leverett, vice-champion du monde junior en 2018, a pris les commandes de la course, le Français s'accrochant alors à la deuxième place et contrant les attaques du skiffeur américain Isaiah Harrison, médaillé de bronze l'an dernier à Plovdiv. Sur l'enlevage, le Français a tenté de reprendre l'avantage, mais sa deuxième place lui permet d'obtenir un bon ticket pour la finale A demain à 18 h 02. "J'ai loupé mon départ, sourit Romain Harat, mais je me suis bien repris. Demain ça n'arrivera pas, car je serai prêt. Aujourd'hui, je me suis fait plaisir, c'était une bonne course, j'ai réussi à rester sur mes jambes, d'être dans ce qui me permet d'aller le plus vite possible. Demain, je vais prendre ma revanche, j'espère que ce sera une course déjantée".

Finales B

A mi-parcours, Clara Valinducq et Pauline Tollard-Rossignol pointaient encore à la deuxième place de la finale B du deux sans barreur féminin, avant de céder du terrain au bateau américain qui a terminé derrière la Suisse. Les Françaises bouclent leur 2000 à la troisième place et se classent au 9e rang mondial.

Mathias Meriguet et Emmanuel Mathieu couraient eux aussi en finale B du deux sans barreur. Les Français n'ont pas pu entrer dans le trio de tête et ont dû se contenter de la cinquième place de la course, synonyme de 11e rang mondial.

Suite des demi-finales U19 demain, et dernières finales U23 avec encore des chances de médailles pour le clan tricolore !

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies