• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Quatre nouveaux équipages poursuivent leur route à Racice
Quatre nouveaux équipages poursuivent leur route à Racice

Aujourd'hui sur le Labe Arena, cinq équipages tricolores étaient en course. Quatre ont décroché leur ticket pour la suite de la compétition, et ce sera dès demain pour certains.

Ce fut certainement la journée la plus courte de ces championnats du monde, mais elle fut intense, tant du point de vue de l'engagement et des performances que des émotions.

La matinée a commencé tôt pour les Français, dès la première course, avec le repêchage du skiff féminin PR1. Nathalie Benoit était alignée face à une de ses adversaires récurrentes, l'Israélienne Moran Samuel. Celle-ci a pris le commandement de la course, mais la Marseillaise ne s'en est jamais bien éloignée, s'emparant de la tête de course dans le deuxième 1000. Une première place sur la ligne d'arrivée pour la tricolore qui se qualifie pour la finale A dimanche à 13 h 20. "Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, commente Nathalie Benoit, ça faisait longtemps que je n'avais pas rencontré l'Allemande et l'Israélienne. Avoir fait ce repêchage m'a fait du bien, ça m'a aidé à me jauger par rapport à elles, travailler d'autres choses".

Les quarts de finale ont commencé sur le Labe Arena. Et c'est Baptiste Savaete qui a ouvert le bal pour le clan français, en skiff poids léger. L'Aixois affrontait notamment Antonios Papakonstantinou, champion d'Europe de la discipline. C'est ce dernier qui a mené les débats, suivi du Slovène, finaliste aux Europe. Le rameur français pointait à la quatrième position jusqu'au passage des 1500 mètres, avant de reprendre l'avantage sur l'enlevage et de décrocher une troisième place, synonyme de passage en demi-finale. "J'ai réussi à bien m'investir, explique Baptiste Savaete, j'ai pris du plaisir et pu m'exploiter pleinement. En série, je n'étais pas content de moi, j'avais quelque chose à prouver sur ce quart de finale. Je suis parti plus fort et j'ai attaqué au 1000".

Ce fut ensuite à Hugo Beurey et Ferdinand Ludwig d'entrer en scène, pour leur quart de finale du deux de couple poids léger. Leurs adversaires du jour furent les Irlandais Fintan Mc Carthy et Paul O'donovan, champions olympiques à Tokyo dans la discipline. Si les Français ont mené la course durant les 500 premiers mètres, les Irlandais ont repris le commandement et ne l'ont plus lâché, remportant la course avec un peu plus de deux secondes d'avance. Mais la deuxième place des tricolores leur ouvre les portes de la demi-finale, demain en fin de matinée. "L'objectif était de prendre encore un cran, explique Ferdinand Ludwig, on a réussi à être plus à l'attaque dans le premier 1000. C'est une étape pour aller chercher la prochaine course. On avait la chance d'avoir les champions olympiques en titre, c'était l'opportunité de se tester. Par rapport à la première course, on a identifié les points à améliorer, sur la régularité, maintenant on va chercher des détails pour la demi-finale de demain".

Ce fut enfin au tour du deux de couple masculin de s'élancer sur l'eau. Hugo Boucheron et Matthieu Androdias sont partis fort, prenant la direction de la course avec, dans leur sillage, les Irlandais qui ont petit à petit cédé du terrain aux Américains et aux Norvégiens. Les champions olympiques ont continué sur leur lancée, laissant leurs adversaires se partager les autres places pour la demi-finale, s'octroyant la première place et prenant une belle option pour la demi-finale de vendredi, au cours de laquelle ils seront alignés aux côtés des frères Sinkovic. "Cette course fait du bien, lance Matthieu Androdias, on a eu des premiers jours qui ressemblaient à Plovdiv 2018, mais forts de cette expérience, on a continué à travailler sur des choses simples, sur la confiance". Ces championnats sont le premier rendez-vous international en double pour le duo français. "On était impatients de savoir ce que ça allait donner, commente Matthieu Androdias, on était restés sur notre finale des Jeux, donc la barre était haut. Il a fallu faire un chemin personnel, accepter de revenir sur notre démarche habituelle. L'entame était timide, on avait des petits réglages à faire, sur la forme. Mission accomplie aujourd'hui".

La matinée s'est achevée par le repêchage du deux de couple féminin. Violaine Aernoudts et Margaux Bailleul ont tout tenté, et sur l'enlevage tout le monde y a cru, surtout lorsque l'écran a affiché que c'est la photo-finish qui trancherait entre les tricolores et les Chinoises pour la troisième et dernière place qualificative pour la demi-finale. Mais ce furent ces dernières, pour 7 centièmes, qui ont décroché ce dernier ticket. Les Françaises s'aligneront donc au départ de la finale C dimanche à 11 h 40.

Demain, la journée s'annonce chargée : s'il n'y a que six courses au programme pour les Bleus, ce sont des demi-finales !

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies