• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Avec ses dix médailles, la France se fait remarquer sur le Baldeneysee
Avec ses dix médailles, la France se fait remarquer sur le Baldeneysee

Le bilan de la première journée de la régate internationale d'Essen est plutôt positif pour les Bleus, avec dix médailles remportées sur le bassin de la Ruhr.
Le temps des courses en ligne contre des adversaires internationaux est revenu. Et c’est à Essen que l’équipe de France a choisi de renouer avec la scène internationale. Une régate qui n’a pas les mêmes enjeux pour tous les participants. Les clubs allemands viennent ainsi décrocher sur le Baldeneysee une sélection en équipe nationale ; les nations étrangères viennent réaliser une première confrontation avec la concurrence internationale.

 

C’est également ici que, près de 10 mois après leur médaille d’argent à Tokyo, que Claire Bové et Laura Tarantola effectuaient leur rentrée !

"On a des axes de travail pour les prochaines compétitions"

Laura Tarantola et Claire Bové étaient alignées à Essen en toutes catégories. Un choix délibéré, leur permettant de ne pas descendre immédiatement au poids requis par la catégorie poids léger. "On envisage Essen comme des parcours de travail, explique Laura Tarantola. Les mondiaux sont en septembre, on ne voyait pas l'intérêt d'arriver au poids trop tôt". C'est à Lucerne qu'elles renoueront avec le deux de couple poids léger. "On peut dévaliser tranquillement le petit déjeuner de l'hôtel, sourit Claire Bové, on n'a pas de problème de pesée, juste la course à gérer". Et les deux rameuses ne ménagent pas leurs efforts pour préparer la suite de la saison. "Il y a du pain sur la planche, poursuit Claire Bové, il y a des trucs qui sont mieux, d'autres sur lesquels on doit encore bosser. On a des axes de travail pour les prochaines compétitions". La finale du jour, elles l'ont vécue derrière les Allemandes, parties très fort, puis à leurs côtés. "On avait un bon rythme, note Laura Tarantola, elles ne nous distançaient pas. Sur le dernier 500, je les entendais parler à côté et j'ai dit à Claire : on se les fait. On est parties nous aussi sans réfléchir". Si bien que lorsque la photo-finish a rendu son verdict, les deux Françaises n'y croyaient pas et les appels un peu confus du commentateur n'ont pas suffi à les convaincre de s'arrêter tout de suite au ponton d'honneur. Une cérémonie protocolaire qu'elles ont donc vécue avec du retard. Mais les deux rameuses restent unanimes sur un point : le skiff peut prendre la poussière dans le hangar à bateaux, c'est en double qu'elles sont le mieux.

 

9 victoires lors de cette première journée de compétition

Au total, dix-huit bateaux de la flotte française étaient en course aujourd’hui. Quatorze ont couru dès ce matin en séries pour décrocher une place en finales, les autres étaient d’ores et déjà qualifiés pour celles-ci, au regard du nombre d’engagés. Point de podium à l’arrivée : pour s’arrêter au ponton d’honneur, la victoire est indispensable. Et plusieurs équipages tricolores ont débarqué pour recevoir la médaille du vainqueur.

 

Ce sont Florian Ludwig et Armand Pfister qui ont débloqué le compteur en remportant la finale A du deux sans barreur masculin. Une course dans laquelle étaient également engagés deux autres équipages tricolores. Mathias Meriguet et Emmanuel Mathieu ont terminé à la quatrième place, tandis que Thibaud Turlan et Etienne Juillet ont fini à la cinquième place.

En finale A du skiff masculin poids léger U23, Martin Bauer a lui aussi remporté sa course. Le vice-champion du monde junior 2021 en deux de couple réalise une belle entame en senior et courra demain avec les A.

Claire Bové et Laura Tarantola, ont donc elles aussi triomphé de la concurrence en remportant la finale A. Dans la même course, même si elles ont terminé à la troisième place, Jeanne Roche et Gaïa Umbra Chiavini étaient le premier équipage U23 et ont-elles aussi pu s'arrêter au ponton d'honneur, rajoutant une autre médaille dans la discipline à la flotte tricolore.

Après la couple, la pointe, en bateau long. Et là encore, les parcours des Bleus ont été couronnés de succès. Chez les femmes Emma Cornelis, Adèle Brosse, Joséphine Cornut-Danjou et Julie Voirin-Verstraete ont survolé leur parcours, remportant la victoire avec près de six secondes d'avance sur leurs poursuivantes. Chez les hommes, Louis Chamorand, Téo Rayet, Esteban Catoul et Marc Brisson ont su venir à bout de leurs adversaires, remportant eux aussi le droit d'apponter près de la tour pour récupérer la médaille.

Mais la moisson tricolore n'allait pas s'arrêter là et c'est en couple que la journée s'est poursuivie avec, en deux de couple poids léger masculin, la victoire du nouveau duo Ferdinand Ludwig et Hugo Beurey. Une première compétition ensemble qui se solde donc par une première victoire et une première médaille. Les repères semblent désormais bien pris.

35 minutes plus tard, le quatre de couple féminin de Tokyo 2020 composé d'Emma Lunatti, Marie Jacquet, Margaux Bailleul et Violaine Aernoudts s'octroyaient une victoire sans avoir besoin de recourir à la photo finish : 19 secondes d'avance sur les Polonaises et 21 sur les Néerlandaises. Chez les hommes, Romain Harat, Valentin Onfroy, Benoît Brunet et Victor Marcelot ont eux aussi su faire preuve de maîtrise, terminant premiers avec près de 7 secondes d'avance sur un bateau allemand. Et ce sont les poids légers qui ont bouclé la journée, avec une victoire là encore confortable de Léo Paul Fiacre, Antoine Lefebvre, Clément Mariot et Louis Pruvost : près de neuf secondes sur l'équipage suisse.

Susannah Duncan est passée près de la victoire, terminant à la deuxième place de la finale du skiff poids léger féminin. Pauline Tollard-Rossignol et Clara Valinducq ont terminé à la quatrième place de la finale A du deux sans barreur féminin. Même classement pour Chloé Raymond en skiff féminin U23 et une cinquième place pour Eugénie Bertrand et Noémie Sepe en deux de couple féminin poids léger.

Dorian Marques-Vigneron, Awen Thomas, Thomas Herscovici et Simon Vandercoilen n'avaient pas pu passer le cap des séries, avec une sixième place de leur course ce matin.

 

Outre l’équipe de France, deux autres bateaux en provenance de l’hexagone se sont alignés sur le Baldeneysee. En skiff masculin, Charlélie Rubio (Saint-Nazaire) a terminé à la cinquième place de la finale A.

En deux de couple poids léger, Ivan Bové et Corentin Amet (Meulan-les-Mureaux/Bordeaux) n'ont quant à eux pas réussi à franchir le cap des séries et terminent à la deuxième place de la finale B.

 

Pour la seconde journée de cette Régate Internationale, les compteurs seront remis à zéro et l’équipe de France tentera de rayonner à nouveau.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies