• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Essen, le bon endroit pour un nouveau départ pour J.Grobler et l'équipe de France
Essen, le bon endroit pour un nouveau départ pour J.Grobler et l'équipe de France

Les journées se suivent… et se ressemblent à Essen, pour le meilleur ! Après les dix premières places lors des courses d'hier, l'équipe de France a une nouvelle fois dominé les débats sur le Baldeneysee dans plusieurs disciplines.

 

Jürgen Gröbler : "Essen est le bon endroit pour un nouveau départ"

Le responsable du programme Ambition 2024 OLY était présent sur les berges du Baldeneysee, regardant chacune des courses. La France avait fait le choix des régates d'Essen plutôt que celui de la première étape de coupe du monde, un choix que Jürgen Gröbler assume : "sur les deux jours de régates ici, on peut changer des choses si l'on veut. Cela a permis de passer du deux sans barreur et du quatre sans barreur à un huit d'un jour à l'autre pour nos U23. En coupe du monde, on n'aurait pas pu le faire. A Essen, il y a un bon mix entre de bons équipages et d'autres qui sont en cours de constitution, comme les Suisses ou les Tchèques. Essen est le bon endroit pour un nouveau départ, avec de nouveaux athlètes". Le consultant exécutif de la haute performance y voit aussi d'autres avantages : "On peut se challenger, bien repartir dans une saison, comme le deux de couple poids léger qui a concouru en open, elles étaient plus relâchées, sans la pression du poids".

Essen fut aussi l'occasion de tester de nouvelles compositions. "Nous avons de tout nouveaux équipages après les championnats de France bateaux courts, on a travaillé tout l'hiver avec ces nouveaux athlètes qui apprennent. Comme le quatre sans barreur féminin qui apprend cette saison : évoluer devant et ne plus voir la course de la même façon apporte de la confiance, de la motivation". Une affirmation qui est valable pour tout le monde, au vu des résultats engrangés sur les deux jours de compétition. "Une régate comme ça, qui se passe de cette façon, c'est utile pour ce nouveau départ, pour l'apprentissage. C'est bon pour le moral, on poursuit sur une lancée positive : on a fait évoluer le programme, cela montre que ça marche. La confiance est importante. Tout n'est pas parfait, mais nos équipages ont montré qu'ils étaient capables de challenger de bons bateaux qui viennent chercher une sélection". Jürgen Gröbler a mis au défi les équipages : "ce que vous avez fait aujourd'hui, refaites-le demain. Vous avez réalisé de bonnes performances sur la première journée, répétez-les sur la deuxième". Ils ont été nombreux à l'avoir pris au mot !

 

 

11 nouvelles médailles sur le Baldeneysee

Les Bleus ont réitéré la belle récolte de la veille, en décrochant aujourd'hui onze médailles, relevant ainsi le défi de Jürgen Gröbler.

Les premières médailles ont été remportées dès la première course, et sans discussion aucune. Claire Bové et Laura Tarantola ont remporté la finale du deux de couple féminin, suivies par Jeanne Roche et Gaïa Umbra Chiavini, meilleur bateau U23 de la course. Les deux équipages tricolores ont donc été appelés au ponton d'honneur, et elles ne se sont pas fait prier cette fois-ci !

Dans la course suivante, la finale A du deux de couple masculin, Samuel Arque et Yoann Lamiral ont terminé à la quatrième place derrière trois équipages allemands. Mais étant la meilleure embarcation U23, ils ont eux aussi pu goûter au podium et décrocher une médaille.

Et les Français ont squatté le podium un bon moment : les deux courses suivantes concernaient les quatre sans barreur, féminin et masculin. Emma Cornelis, Adèle Brosse, Joséphine Cornut-Danjou et Julie Voirin, puis Marc Brisson, Téo Rayet, Esteban Catoul et Etienne Juillet ont pris la suite devant le photo call pour célébrer leur première place en finale A. "On a fait un bon boulot, commente Esteban Catoul, on avait tous envie de réussir, l'entraînement a payé aujourd'hui".

Petite pause avec le protocole, avant la finale A du deux de couple poids léger. Hugo Beurey et Ferdinand Ludwig ont survolé la course, la bouclant en 6:09.65, devant Baptiste Savaete et Pierrick Verger, en 6:15.69, meilleur équipage U23. La saison internationale se profile sous les meilleurs auspices.

Une heure plus tard, les deux sans barreur féminins se sont élancés pour leur finale A. Une course que Pauline Tollard-Rossignol et Clara Valinducq ont bouclée à la deuxième place derrière un équipage néerlandais, mais étant le meilleur bateau U23 dans cette finale, les deux tricolores ont également été médaillées.

Une nouvelle heure plus tard, c'était au tour du quatre de couple féminin. Une course moins évidente que la veille pour Emma Lunatti, Marie Jacquet, Margaux Bailleul et Violaine Aernoudts, face à un bateau allemand accrocheur, mais les Françaises l'ont tout de même emporté avec plus de trois secondes d'avance.

L'incertitude aurait pu venir en quatre de couple masculin, avec le remplacement au pied levé de Romain Harat - forfait médical - par le chef de nage du quatre de couple poids léger Clément Mariot, mais il n'en a rien été. La photo finish a tranché : les Bleus l'emportent en 5:42.77, 10 centièmes d'avance sur un bateau mixte entre Berlin et Magdeburg.

La journée des tricolores s'est achevée par la course du huit masculin. L'équipage U23 composé de Simon Vandercoilen, Ethan Chouraqui, Dorian Marques, Awen Thomas, Mathias Meriguet, Emmanuel Mathieu, Armand Pfister, Florian Ludwig et barré par Julien Deck a rivalisé avec un équipage A allemand et est parvenu à tenir à distance les Polonais. Deuxièmes à l'arrivée, mais vainqueurs dans leur catégorie d'âge, ils sont eux aussi montés sur le podium.

 

Suzannah Duncan a terminé à la deuxième place de la finale A du skiff poids léger, derrière la rameuse japonaise. Toujours en poids léger, Martin Bauer, engagé avec les A, a terminé à la troisième place. En skiff féminin U23, Chloé Raymond a terminé à la troisième place de la finale A.

 

Des régates d'Essen qui ont permis aux Bleus de rentrer sur la scène internationale et d'acquérir non seulement des repères pour la suite de la saison, mais aussi de la confiance et de l'expérience, pour affronter la concurrence qui devrait s'aligner en nombre sur la deuxième étape de coupe du monde à Poznan dans un mois.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies