• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • TDR Interrégionales : Premières indications en bateaux courts de 2022
TDR Interrégionales : Premières indications en bateaux courts de 2022

C’est un rituel bien connu pour l’ensemble des rameuses et rameurs français : les têtes de rivière interrégionales de mars lancent une série de rendez-vous importants en bateaux courts qui emmènera les meilleurs d’entre eux jusqu’à Cazaubon. Le dimanche 20 mars se dérouleront donc ces parcours longue distance sur les quatre bassins traditionnels : Caen (Zone Nord-Ouest), Toul (Zone Nord-Est), Sainte-Livrade (Zone Sud-Ouest) et Marignane (Zone Sud-Est). À la sortie de l’hiver, chaque athlète pourra ainsi se mesurer sur une distance de 6000 m pour les catégories J18, Sénior, Para-Aviron PR3 et sur une distance de 4000 m pour les catégories Para-Aviron PR1 et PR2 et Aviron Adapté.

Chez les J18, l’arrivée d’une nouvelle génération d’athlètes devrait permettre de voir émerger une série de noms parmi les résultats de ces têtes de rivière. C’est peut-être du côté de Caen que les certitudes seront les plus grandes avec notamment l’engagement de rameuses médaillées mondiales à Plovdiv en 2021. Léa Herscovici (associée à Caroline Lagarde) et Jeanne Sellier (avec Léontine Fouquet) seront ainsi au départ du parcours en deux sans barreur. Elles chercheront sans doute à profiter de leur expérience en équipe de France pour confirmer ce week-end, tandis que l’ensemble des J18 auront à cœur de briller pour marquer des points en vue de la suite de la saison.

En ce qui concerne les Séniors, si les forces en présence sont davantage établies, les parcours chronométrés réservent toujours leur lot de surprises. Et certains n’auront pas la possibilité de s’affronter sur le même bassin et devront se contenter de repères personnels. On pense notamment aux rameurs poids léger masculins dont les plus attendus d’entre eux se mesureront à distance : Hugo Beurey sera du côté de Toul, Corentin Amet à Sainte-Livrade, Baptiste Savaete et Ferdinand Ludwig à Marignane, ou encore Benjamin David et Ivan Bové (toujours tous deux à l’aise dans ce genre d’exercice) à Caen. Même constat pour le skiff TC homme puisque les frères Onfroy et Benoit Brunet, que l’on retrouvera en couple cette saison, seront à Toul, le Champion Olympique Matthieu Androdias en zone Sud-Est, et les jeunes ambitieux Victor Marcelot et Adam Le Gal dans le Sud-Ouest. Pour conclure le tour d’horizon des rameurs à suivre, le deux sans barreur des derniers Jeux, Thibaud et Guillaume Turlan, sera notamment opposé à Esteban Catoul – Etienne Juillet ainsi que Liam et Marc Brisson du côté de Toul. Louis Chamorand et Téo Rayet seront eux à Marignane.

Pour les rameuses prétendantes à l’équipe de France, l’équation est différente. Elles seront nombreuses à se rendre du côté de la Normandie pour cette tête de rivière 2022. En skiff Toute Catégorie, la lutte s’annonce serrée entre les protagonistes du quatre de couple olympique (Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti) et la jeune concurrence (Audrey Feutrie, Gaïa Chiavini, Lou-Anne Caniard ou encore Pauline Rossignol). Meilleure poids léger lors des Championnats de France Indoor, Aurélie Morizot s’élancera également sur ce parcours de Caen, alors que les vice-championnes olympiques Laura Tarantola et Claire Bové seront à Marignane, tout comme Susannah Duncan.

En pointe, si la paire Maya Cornut-Emma Cornelis est en lice sur le bassin Lorrain de Toul, s’est à nouveau du côté de Caen que les regards se tourneront. Ils seront huit équipages à vouloir réaliser les meilleurs temps possibles parmi lesquels Julie Voirin - Adèle Brosse, Fleur Vaucoret – Mya Bosquet, ou encore Agathe Oudet – Joséphine Cornut Danjou.

En guise de préparation aux Championnats de France bateaux courts, les rameuses et rameurs para-aviron s’attaqueront également à ces têtes de rivière. Parmi les plus connus, on retrouvera Rémy Taranto, médaillé de bronze à Tokyo et qui s’alignera en deux sans barreur PR3, Perle Bouge, la double médaillée paralympique en catégorie PR2, ou encore Erika Sauzeau, également en bronze à Tokyo et qui représentation le SN Amiens en deux sans barreur PR3. On notera également les nombreux bateaux engagés en para-aviron par les clubs de Manosque et de l’Avi’Sourire Marseille, à Marignane, et par le SN Nancy, à Toul.

Rendez-vous dimanche 20 mars, pour ces compétitions contre la montre, qui, on l’espère, pourront se dérouler dans de bonnes conditions.

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies